Cultiver plaisir et convivialité

Il est naturel que chacun souhaite vivre son métier le mieux possible. Le manager contribue aussi à cela.

 

-  Souhaiter, voire fêter les anniversaires

Diffuser quotidiennement sur un écran à l’entrée de l’entreprise les anniversaires et favoriser « le pot d’anniversaire » quand le collaborateur le souhaite.

 

-  Offrir une rose aux dames

La courtoisie et la politesse ne sont pas à bannir dans l’entreprise. Il faut cultiver un « savoir-vivre » au travail pour rendre le quotidien plus agréable. Dans cette entreprise, les dames ont trouvé une fleur sur leur bureau à Noël !

 

-  Tutoyer ou vouvoyer ?

Solliciter l’avis des collaborateurs pour savoir s’ils souhaitent être vouvoyés ou tutoyés en fonction des envies des managers.

 

-  Aménager des « bureaux à vivre »

Proposer « les murs » de l’entreprise pour des expositions de peintures, de tableaux ou de photos… voire de réalisations de membres du personnel ou de leurs enfants. Agrémenter les lieux communs de l’entreprise de fleurs ou de décorations sympathiques.

 

-  Organiser et proposer aux salariés un stage d’humour,… et d’expression des émotions

En effet, l’humour participe d’une vie dynamique et relationnelle. Rappeler à chacun que l’humour adoucit les mœurs et que les émotions ne sont pas faites pour être imprimées mais exprimées est parfois une nécessité pour remettre bon sens et simplicité dans les relations.

 

-  Offrir une prime au « joyeux drille de service »

« Pourquoi ne pas donner une prime au boute-en-train qui faire rire ses collègues ? »

 

-  Créer des occasions spéciales

« Nous nous retrouvons une fois par an, avec les 110 salariés et leur famille, pour une journée de détente en dehors de l’entreprise ». Pour créer une solidarité indispensable à une bonne ambiance de travail, telle autre entreprise multiplie aussi les occasions : journées de pêche, lâchés de faisans, rallyes, concours de cartes, challenge karting, randonnées VTT, ball-traps ou soirées festives…

 

-  Organiser un pot quand cela va mal

« Quand la journée s’est mal passée, ou qu’elle fut décevante, plutôt que de s’engueuler, on prend un pot ». Cela évite de repartir chez soi le moral au plus bas et de revenir l’humeur noire le lendemain. Une grande entreprise de l’innovation fête les projets abandonnés ou échoués. Ces petites consolations sont encore plus nécessaires que les récompenses car, quand on remporte un contrat, le plaisir de la victoire se suffit déjà à lui-même.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Pierre Drelon
Partageons nos points de vue sur Facebook et sur Linkedin
Pour nous contacter : drelon.pierre@gmail.com